samer
samer

9 eme Congrès national de la SAMER

Le bureau de la Société Algérienne De Médecine Physique et Réadaptation a le plaisir de vous informer du lancement des préparatifs pour l’organisation de notre 9ème Congrès National , qui coïncidera avec les 3ème Journées Maghrébines de MPR qui se dérouleront les 2, 3 et 4 novembre 2018 au niveau de L’ESHRA de Ain Bénian à Alger.
Les thèmes principaux retenus sont :
- Hémiplégie ,
- Lombalgie ,
- Douleur en MPR,
- Ostéoporose
- Ainsi que des communications libres.
Par ailleurs des ateliers pratiques seront proposés portant sur :
- Hémiplégie.
- Hémophilie
- Ergonomie dans la lombalgie,
- Podologie ,
- Troubles vésico-sphinctériens
- Troubles du mouvement
- Les contentions souples.
Un appel à communication est d’ores et déjà lancé avec comme date limite de soumission des abstracts pour le 31/08/2018.

pour plus de détails veuillez consulter la rubrique congres

Evénement

PROGRAMME FMC

cher (es) collègue(s) voici le programme des conférences qui rentrent dans le cadre de la formation continue, organisée par la SAMER:

Le 10 mars 2018: “ Les paralysies psychogènes : approches diagnostiques et thérapeutiques” : Pr Ag Allam Chafia,à 9H à l’EHS benaknoun.

Le 24 mars 2018: “La marche physiologique”.Pr Ag Aderkichi Mourad, à 9H à l’EHS benaknoun.

Le 14 avril 2018: “ Lombalgies chroniques,état actuel et projet thérapeutique” : Pr Ag Mammari Djamel eddine, à 9H à l’EHS benaknoun.

Le 05 mai 2018: “Initiation à l’SPSS, outil incontournable de biostatistique pour la recherche clinique”.Pr Ag Boukara Zouhir, à 9H à l’EHS benaknoun.

Le 12 mai 2018: “Evolution naturelle des scolioses enfant et adulte” , PR Ag Mechiki badredine.

FMC

Chers collègues,
La Société de Médecine Physique et Réadaptation SAMER a l’intention de
reprendre les journées de formation médicale continue qui se dérouleront,
comme à l’accoutumée, le samedi matin au niveau de la Bibliothèque de
l’EHSU de Benaknoun et ce, à dater du 03 mars 2018.
Pour cela, les enseignants désireux d’assurer une conférence d’adresser
rapidement leurs propositions au bureau de la SAMER et notamment aux
adresses mail :
saliha.mahiou@yahoo.fr ou arbaouis@yahoo.fr
Un programme sera ainsi établi ( une conférence chaque mois ou toutes les 03
semaines) et sera affiché sur le site de la SAMER : www.samer.dz
Par ailleurs , tous les confrères intéressés seront les bienvenus.
A bientôt.

ISPRM 2018 et 33 ème congrès de la SOFMER

La Société Française de Médecine Physique et de Réadaptation en association avec la Société Royale Belge de Médecine Physique et de Réadaptation est heureuse de vous convier à participer au congrès mondial de Médecine Physique et de Réadaptation qu’elles accueillent à Paris au Palais des Congrès – Porte Maillot – du 8 au 12 juillet 2018.

3 èmes Journées de Médecine Physique et de Réadaptation du CHU d'Oran

cher(es) collègue(s):
C’est avec un grand plaisir que je vous annonce la tenue de la
troisième édition des Journées de Médecine Physique et de Réadaptation
du CHU d’Oran. Elles se dérouleront les 22 et 23 septembre 2018 à Oran
au complexe balnéaire “Les Andalouses”.

Au cours des deuxièmes journées précédentes qui ont eu lieu les 06 et
07 mai 2017, nous avons eu la joie d’accueillir pas moins de 400
participants nationaux et étrangers.

L’excellence de la qualité des conférences et les débats suscités ont
permis à chacun de profiter des expériences des experts présents et
ont donné lieu à des échanges enrichissants et fructueux.

Nous ambitionnons de recréer la même dynamique pour la prochaine
opportunité qui s’offre à nous. Je vous invite donc à découvrir les
thématiques choisies pour cette circonstance. Votre participation
nous honorera et permettra d’enrichir le programme que nous souhaitons
présenter pour cette nouvelle manifestation scientifique organisée
par le service de Médecine Physique et de Réadaptation Fonctionnelle
du CHU d’Oran et de l’Observatoire du Handicap, de la Réadaptation et
de l’Ethique en Santé (OHRES). Pour plus d’informations vous pouvez
visiter le site du service de MPR du CHU d’Oran : www.mpr-chuoran.com
Cordiales salutations. Pr. Kahled LAYADI

Actualités

condoléance

3 ème séminaire de l’OHRES

Mes chers amis bonsoir,
Je vous annonce la tenue du 3 ème séminaire de l’OHRES qui aura lieu le mercredi 25 avril
2018 à 14h00 à l’amphi CCB du CHU d’Oran.
Titre : Cerveau et action,  approche clinique neuropsychologique 
Argumentaire :
Le cerveau et l’action reste depuis longtemps l’une des énigmes scientifiques les plus
discutées jusqu’à l’heure actuelle, et demeure un défi majeur pour les spécialistes de la
question. Beaucoup de problématiques élaborées sur ce sujet n’ont pas trouvé une réponse
claire. Elles s’inscrivent dans un débat plus général, presque aussi vieux que la réflexion
concernant les rapports entre « pensé et cerveau », débat auquel, Généticiens, Psychologues
Neurologues,… n’ont pas cessé d’apporter leurs contributions sans parvenir à trouver un
accord.
Selon Piaget l’action est la source de l’intelligence. Parler, résoudre des problèmes, interagir,
se comporter, jouer…fait appel a une organisation cognitive complexe qui s’appelle le schème
d’action. Le schème d’action commence par une phase réflexive purement archaïque, qui
résulte d’un dispositif neurophysiologique constitué au cours de la vie intra-utérine, grâce à
une mémoire génétique. Il se forgera plus tard après la naissance en s’organisant selon la
théorie psycho-dynamique grâce à l’interaction avec l’environnement d’une part et le système
énergétique appelé la pulsion d’autre part. Par ailleurs des travaux se basant sur la neuro-
imagerie viennent d’ouvrir une nouvelle ère d’hypothèses sur la relation entre le langage et
l’action en découvrant que l’adoption d’une série d’actions nécessaires à l’exécution d’une
tache motrice composée de séquences successives fait appel à une même zone cérébrale que
celle responsable de l’élaboration du langage articulé. Notre objectif

3ème séminaire de l’OHRES

Mes chers amis bonsoir,
Je vous annonce la tenue du 3ème séminaire de l’OHRES qui aura lieu le mercredi 25 avril 2018 à 14h00 à l’amphi CCB du CHU d’Oran.
Titre : Cerveau et action, approche clinique neuropsychologique
Argumentaire :
Le cerveau et l’action reste depuis longtemps l’une des énigmes scientifiques les plus discutées jusqu’à l’heure actuelle, et demeure un défi majeur pour les spécialistes de la question. Beaucoup de problématiques élaborées sur ce sujet n’ont pas trouvé une réponse claire. Elles s’inscrivent dans un débat plus général, presque aussi vieux que la réflexion concernant les rapports entre « pensé et cerveau », débat auquel, Généticiens, Psychologues Neurologues,… n’ont pas cessé d’apporter leurs contributions sans parvenir à trouver un accord.
Selon Piaget l’action est la source de l’intelligence. Parler, résoudre des problèmes, interagir, se comporter, jouer…fait appel a une organisation cognitive complexe qui s’appelle le schème d’action. Le schème d’action commence par une phase réflexive purement archaïque, qui résulte d’un dispositif neurophysiologique constitué au cours de la vie intra-utérine, grâce à une mémoire génétique. Il se forgera plus tard après la naissance en s’organisant selon la théorie psycho-dynamique grâce à l’interaction avec l’environnement d’une part et le système énergétique appelé la pulsion d’autre part. Par ailleurs des travaux se basant sur la neuro-imagerie viennent d’ouvrir une nouvelle ère d’hypothèses sur la relation entre le langage et l’action en découvrant que l’adoption d’une série d’actions nécessaires à l’exécution d’une tache motrice composée de séquences successives fait appel à une même zone cérébrale que celle responsable de l’élaboration du langage articulé. Notre objectif est d’illustrer comment le cerveau gère à la fois la relation humaine précoce avec l’environnement et l’apparition du langage dans la genèse de l’action.
Pr Khaled LAYADI

Le programme du séminaire :
1- Langage et action dans l’aphasie, Pr HADBI Mohammed, Neuropsychologue, CHU d’Oran, Université d’Oran.
2- Neurones miroirs et « inter-individualité », Pr FSIAN Hocine, Psychologue, Université Oran.
3- L’Autisme aux confins des paradigmes psychogénétiques et neuroscientifiques, Mr MOULAY Mohammed, Neuropsychologue, EPSP Boutlelis, Université d’Oran.
Modérateur : Pr Khaled LAYADI, président de l’OHRES

programme FMC:

cher (es) collègue(s) voici le programme des conférences qui rentrent dans le cadre de la formation continue, organisée par la SAMER:

Le 10 mars 2018: “ Les paralysies psychogènes : approches diagnostiques et thérapeutiques” : Pr Ag Allam Chafia,à 9H à l’EHS benaknoun.

Le 24 mars 2018: “La marche physiologique”.Pr Ag Aderkichi Mourad, à 9H à l’EHS benaknoun.

Le 14 avril 2018: “ Lombalgies chroniques,état actuel et projet thérapeutique” : Pr Ag Mammari Djamel eddine, à 9H à l’EHS benaknoun.

Le 05 mai 2018: “Initiation à l’SPSS, outil incontournable de biostatistique pour la recherche clinique”.Pr Ag Boukara Zouhir, à 9H à l’EHS benaknoun.

Le 12 mai 2018: “Evolution naturelle des scolioses enfant et adulte” , PR Ag Mechiki badredine.

interview de la présidente de la SAMER au soir d’Algérie


Par Naïma Yachir
Dans cet entretien, la professeure Saliha Mahiou nous apporte son éclairage sur la paralysie cérébrale de l’enfant qui, selon les spécialistes, représente la première cause de déficience motrice du sujet. Elle explique aussi que «plus la pathologie est prise en charge précocement, plus on évite les complications».

Soirmagazine : En octobre dernier, lors de votre 8e congrès national, vous avez été élue présidente de la Samer. Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs les buts et les objectifs de votre société ?
Professeure Saliha Mahiou : La Samer (Société algérienne de médecine physique et réadaptation) est une société savante. Elle représente un cadre adéquat de concertation entre des personnes pratiquant une même spécialité ou en rapport avec elle. Dans ce sens, son rôle est d’initier, encourager et promouvoir des études dans la spécialité. C’est un espace démocratique de propositions, de recommandations et de consensus dans la discipline. Les objectifs de la Samer sont la promotion et le développement de la spécialité dans le cadre de la formation continue, l’amélioration des connaissances dans le domaine de la spécialité avec la participation d’experts en la matière. Il faut préciser par ailleurs que notre société organise chaque année son congrès national.
Pouvez-vous nous parler de la problématique de la paralysie cérébrale chez l’enfant ?
La paralysie cérébrale de l’enfant représente, selon les auteurs, la 1re cause de déficience motrice de l’enfant. Elle peut concerner 2-3/1000 naissances/par an. Cette année, nous avons dépassé le million de naissances, nous serons donc appelés à prendre en charge dans les mois à venir 2000 à 3000 enfants présentant une paralysie cérébrale et cela chaque année. Notre but c’est de prendre en charge ces enfants le plus précocement possible afin d’éviter les complications liées à cette pathologie et d’aider à leur réinsertion.
Notre approche clinique et thérapeutique par rapport à la prise en charge de ces enfants a évolué ces dernières années. L’intérêt du congrès qui s’est déroulé en octobre dernier était justement de faire un état des lieux de la prise en charge de ces enfants, d’une part, et d’effectuer une remise à niveau des compétences, d’autre part.
Comment peut-on diagnostiquer cette maladie ?
Des examens systématiques sont pratiqués sur les enfants «risque» comme les prématurés, les bébés ayant un faible poids à la naissance ou encore les asphyxies néonatales… Au-delà de la naissance, l’identification de la lésion cérébrale se fait par la découverte de retard dans le développement des nouveaux-nés. Des anomalies dans le développement psychomotricien font suspecter la paralysie cérébrale. Il s’agit de difficultés dans le développement de la motricité, par exemple l’enfant ne tient pas sa tête, ne peut pas ramper en s’aidant des membres inférieurs, tarde à se tenir assis seul, n’utilise qu’une seule main… Ces difficultés justifient un examen plus approfondi.
Qu’en est-il de la prise en charge en Algérie ?
La prise en charge commence d’abord par la prévention des facteurs de risque, à savoir un suivi de grossesse surtout quand il s’agit de primipares, ensuite assurer un bon déroulement des accouchements et aussi de veiller à la vaccination des mères, notamment contre la rubéole. Par la suite, il est impératif de repérer les enfants à risque pour un suivi particulier. Il est important également d’entamer rapidement la prise en charge pour limiter les anomalies secondaires inhérentes à la pathologie d’une part et favoriser un développement psychomoteur le plus harmonieux possible, d’autre part. Cette prise en charge se fait par une équipe pluridisciplinaire composée de soignants, kinésithérapeutes, psychomotriciens, ergothérapeutes, psychologues, orthophonistes et appareilleurs. Ce travail d’équipe est coordonné par le médecin physique et de réadaptation qui fixe les objectifs après une évaluation fonctionnelle.
S’occuper d’un enfant paralysé cérébral n’est pas chose aisée. Quelle est la contribution des parents et leur éducation dans sa prise en charge ?
La prise en charge de ces enfants dès lors que l’enfant n’est pas réinséré se doit d’être ad vitam æternam. Les résultats sont souvent en deçà de l’espérance des parents, ce qui crée un sentiment de rejet et un nomadisme médical. C’est là où certains «professionnels» entrent en jeu en faisant des promesses irréalisables. Il est donc nécessaire d’informer, d’éduquer les parents, et enfin de les soutenir par des mesures sociales.

Vidéo

Galerie